Semaine 17 / Week 17: Nature Point Paljakka (Part1)

Lundi 1er décembre 2014

Après un petit voyage en train d’un peu plus de 7 heures, je débute mon premier stage pratique à Nature Point Paljakka dirigé par Sigi Schwarz et sa famille. Sigi est cuisinier, inventeur, architecte, manager, bricoleur et touche à tout de génie. Ses fils ont été membres de l’équipe de Finlande de ski de fond et mushers de haut niveau. L’aîné a même été champion de Finlande ce qui, on l’admettra, pour un musher, claque plus que d’être champion de Papouasie Nouvelle Guinée.

After  a 7 hours train journey, I began my first practical training at Nature Point Paljakka held by Sigi Schwarz and his family. Sigi is a cook, inventor, architect, manager, handyman and jack of all genius. His sons were members of the Finnish team in cross country skiing and high-level mushers. The oldest has even been champion of Finland !

IMG_9302

On commence la journée en attelant les chiens au traîneau d’Alexandre, l’hôte français de cette semaine. Il part pour la matinée avec Daniel, le fils de Sigi. Je m’occupe ensuite de nourrir et d’abreuver les quatre chevaux islandais avec Inga, la fiancée de Daniel. Elle est tombée sous le charme de cette race de chevaux descendants de ceux amenés par les vikings en Islande. Ils n’ont subi aucune modification ni aucun croisement depuis l’an 900 (les importations de chevaux sur l’île étant interdites depuis le Xe siècle). Ce sont également les seuls chevaux au monde à avoir cinq allures : le tölt et l’amble en plus des trois habituelles. Ultra résistants, le froid de Finlande n’est pas un problème pour eux.

We first put the dogs to Alexandre’s sled, the French customer of this week. He’ll go for a morning ride with Daniel, Sigi’s son. I will then take care of feeding and watering the four Icelandic horses with Inga, Daniel’ friend. She felt in love with this horse’s race descendant of horses brought by the Vikings in Iceland. They have been no changes and no crossing since the year 900. They are also the only horse in the world with five paces : tölt and ambling besides the usual three. Ultra resistant, cold weather of Finland is not a problem for them.

IMG_9310

Une fois, les traîneaux revenus de balade, nous détachons les chiens, les débarrassons de leurs harnais et les nourrissons. Avant d’être nourri, chaque chien doit être attaché. Cela évite les bagarres et empêche les plus forts de chiper la nourriture aux plus faibles. C’est une véritable curée! Une gamelle est avalée en moins de cinq secondes. Et encore…

Once the sled came back from tour, we release dogs, get rid of their harness and then give them food. Each dog is attached before being fed in order to avoid fights and to avoid the strongest steal food of the weakers. This is a real quarry. A bowl is swallow up in less than five seconds…

IMG_9321

L’après-midi, Sigi me charge de guider Alexandre au sommet de la colline du coin où se trouve une station de ski qui a fait faillite quatre fois en 15 ans… Au sommet, nous avons une vue à 360° sur la région et la réserve naturelle de Paljakka. Retour à la nuit tombée. Il est 15h30…

In the afternoon, Sigi asked me to guide Alexandre at the top of the hill in the area which hosts a ski resort that failed 4 times in 15 years. At the top, we have a 360° view on the region and the Paljakka nature reserve. We return as night falls. At 3:30 pm…

IMG_9313

En fin d’après-midi, promenade avec les chiots à la lumière de la frontale. Ces grands bébés de 5 mois sont des boules d’énergie et font des kilomètres en courant avec et autour de nous.

Après le dîner, Sigi raconte des histoires. J’ai l’impression d’avoir ouvert un grand livre d’histoires naturelles.

Il a passé un an à rénover et transformer une ancienne école afin d’y accueillir ses clients. Sa famille n’est arrivée qu’à l’issue de toutes ces transformations. Les poteaux, les poutres, les murs… le pin est partout.

Les pins grandissent assez lentement en Finlande. A la verticale parfaite pendant 100 ans (ils sont appelés Mänty), ils sont alors assez âgés pour être coupés et transformés en planches de qualité (en France, on les coupe vers 30 ans). Après un siècle, il se courbent. On les nomme Petäjä. Ils peuvent alors vivre plus de 400 ans. Dans le nord de la Laponie, les pins ne répondent pas à la logique du recyclage que tous les arbres subissent lorsqu’ils meurent. Normalement, les larves envahissent le tronc et les piverts finissent de détruire l’écorce pour récupérer les insectes; le tronc commence alors à pourrir puis par être assimilé par le sol. Ces pins nordiques, même débarrassés de leur protection ne sont pas attaqués par les insectes et ne pourrissent pas. Ils peuvent rester plusieurs centaines d’années dressés, le tronc nu sans branche. On les nomme alors Honka. Ces arbres ont un bois rouge d’une qualité exceptionnelle.

Sigi, remarquable cuisinier, nous a servi un pot au feu avec de l’élan. Nous ne mangerons pas de renne chez lui. Il nous explique pourquoi. Il y a une dizaine d’années, une meute de 13 loups est arrivée dans la région. La limite sud de l’élevage de rennes se situe à une quinzaine de kilomètres de Pulonka et les loups s’en sont sans doute un peu trop approchés. Une loi autorisant les éleveurs de rennes à abattre tout prédateur menaçant le cheptel, les hommes ont enfourché leur scooter des neiges et rabattu les loups dans un espace restreint qu’ils ont entouré d’une corde en formant un entonnoir. Une corde suffit en effet à contraindre les loups : comme elle appartient au monde des hommes, un loup ne la franchira pas. Les chasseurs attendaient les loups à la sortie. Onze loups furent abattus. Seuls deux jeunes s’enfuirent cependant voués à une mort certaine car les loups, tout comme les humains (sur ce point), ne font que très peu de choses par instinct et doivent apprendre des adultes. Ceux-là avaient sans doute commencé à apprendre à chasser en meute mais pas en solitaire. Depuis il n’y a plus de loups dans la région. Un groupe de personnes soucieuses de la biodiversité dans la région et dont faisait partie Sigi, a déposé une plainte devant le parlement européen mais sans grand succès : les éleveurs de rennes sont très bien protégés par le législateur.

Contrairement à la Norvège et à la Suède, les propriétaires de rennes ne sont pas exclusivement sames. La limite d’élevage des rennes descend jusqu’à la moitié de la Finlande ce qui est totalement artificiel d’un point de vue biologique. Les rennes élevés en Finlande sont des rennes de toundra et leur territoire devrait s’arrêter à la limite de la forêt de la taiga alors qu’il descend beaucoup plus bas. Il n’existe plus que 2000 rennes des forêts (sauvages) en Finlande. Le plus grand groupe de ces rennes survit en Russie.

By late afternoon, walk with the puppies in the light of the headlamps. These five months babies have so much energy…

After dinner, Sigi shares some stories. It seems like I open a great natural histories’ book.

During a whole year, he renovate and transformed an old school to welcome properly his customers. Columns, beams, walls… pine is everywhere.

Pine trees grow relatively slowly in Finland. Perfectly vertical for 100 years (Mänty), they are old enough to be cut into high quality planks (in France, we cut them at 30 years old). They stop growing after a century and then bend down. They’ve called Petäjä. They can live more than 400 years. In northern Lapland, pines do not respond to the same logic of recycling than any other trees when they die. Normally the larvae invade the trunk, woodpeckers end up destroying the bark to collect insects and the trunk begins to rot and then be absorbed by the soil. These northern pines same deprotected are not attacked by insects and do not rot. They can stay erect several hundred years : nude trunk without branch. They’ve called Honka. These trees have a red wood of exceptional quality.

Sigi, remarkable cook, served us a stew with moose. We won’t eat reindeer here. He explains why. About ten years ago, a pack of 13 wolves arrived in the region. The southern boundary of reindeer herding is located 15 kilometers from Pulonka. The wolves were probably a little too close to this limit. A law allows any reindeer herder to shoot down any predator that threatens livestock. Men straddled their snowmobiles, parked wolves into a small space which they surrounded with a rope. A rope is enough to force the wolves because as it belongs to the world of men, a wolf do not cross it. Eleven wolves were shot. Only two youths fled but doomed to certain death because wolves, like humans (on this point), make only very few things by instinct and should learn from adults. These guys were probably started learning to hunt in pack but not by itselves. Since then, there isn’t any more wolves in the region. A group of people (included Sigi) concerned about the biodiversity in the region had filed a complaint before the European Parliament without much success as reindeer herders have laws that protect them.

Unlike Norway and Sweden, reindeer owners are not exclusively Sami. The reindeer husbandry limit drops to half of Finland which is totally artificial at a biological point of view. Reindeers raised in Finland are tundra reindeers and their territory should stop at the edge of the taiga’s forest but it goes down to half of Finland. It only remains 2000 forest reindeers (wild) in Finland. The largest group of these reindeers survive in Russia.

 Mardi 2 décembre 2014

Sigi nous parle d’un de ses voisins en Autriche, Sepp Holzer, un des pionniers de la permaculture. Passionnant.

Tandis que Daniel et Alexandre partent en traîneaux, Inga teste mes capacités de cavalier. Même si cela fait un moment que je n’ai pas posé mon séant sur une selle, je ne suis pas trop dépaysé. Mes premières années de sport et les heures de balade en Auvergne avec mon père m’auront permis de garder un petit bagage technique passe-partout.

Au retour des deux traîneaux, repas des chiens.

Après le déjeuner, Sigi nous guide en forêt et évoque quelques aspects de la nature. Il nous parle du lynx dont on peut voir les traces avec un peu de chance mais jamais l’animal. Lui-même n’en a jamais aperçu. Le Lynx est un des animaux les plus difficiles à approcher. C’est un expert du camouflage et même à quelques mètres du passage des hommes, s’il reste immobile, il se fond dans la nature. Il y a fort longtemps, certains finlandais en ont apprivoisés. En captivité, il devient plus sociable qu’un gros chat. Mais c’est un animal très intelligent qui apprend très vite et il a appris à se méfier de l’homme.

Fin de journée : nettoyage des chenils et des gamelles.

Sigi tells us about one of his neighbors in Austria, Sepp Holzer, a pioneer of permaculture. Exciting.

We prepare the dogs for Daniel and his client. Once gone, Inga test my ability to ride a horse. Although it’s been a while since I did not ask my Seans on a saddle, I’m not homesick. My early years of sports and Auvergne hour ride with my dad will let me keep a little technical background boilerplate.

Return of the two sleds, dogs’ meal.

After lunch, Sigi guide us in the forest and introduces some aspects of nature. He talks about the lynx : we can fortunately see its traces but never the animal. Sigi never seen one of them. The lynx is one of the most difficult animals to approach. It is an expert in camouflage, it melts in nature. Long time ago, some Finnish tamed them. In captivity, he became more sociable than a big cat. But it is a very intelligent animal that learns very quickly and he learned to mistrust humans.

In the evening : cleaning of kennels and dog bowls.

 Mercredi 3 décembre 2014

IMG_9347

photo 2

Sigi nous emmène, Alexandre et moi, skier à travers les forêts d’épicéas de la réserve naturelle de Paljakka. La neige est complètement pourrie. Cette neige particulière porte un nom qui signifie « zéro glisse » (nollakeli). Elle aurait aussi pu  s’appeler Zéro plaisir. Plus on se dirige vers le nord, plus les épicéas ont des branches qui passent de l’horizontale à la verticale en se rapprochant du tronc. Les branches raccourcissent également. Un arbre pouvant supporter jusqu’à 5 tonnes de neige, ces adaptations évitent donc que les branches ne cassent sous le poids de la neige. Nous déjeunons dans un kota.

Au retour, nettoyage des gamelles. C’est un petit prix à payer pour voir de tels merveilles.

Sigi leads Alexander and me through the spruce forests of the natural reserve of Paljakka. Snow is really bad ans skiing is not that easy so. This particular snow has a name which means Zero slide (nolla luistaa). It would also have been called Zero pleasure. More one headed north, over spruce have branches that go from horizontal to vertical, approaching the trunk. The branches are also shorter. A tree can support up to 5 tons of snow, these adaptations therefore avoid the branches from breaking under the weight of snow. We have lunch in a kota.
On return, cleaning bowls. It’s a small price to pay to see such wonders.

photo 1

photo 3

Jeudi 4 décembre 2014

Surprise du jour, je vais (enfin) pouvoir diriger mon traîneau. Les chiens sont des Huskies de Sibérie (la race la plus ancienne, créée en Sibérie par le peuple tchouktche) ou d’Alaska (issu de croisements avec d’autres races, pour les courses de vitesse). Nous équipons les chiens excités à l’idée de pouvoir enfin se dépenser. J’imagine la frustration de ceux qui ne sont pas les élus du jour. Les chiens partent comme des balles. Il ne faut pas hésiter à mettre le pied sur le frein. Il y a trois sortes de frein. Un tapis en plastique qui traine par terre et sur lequel on appuie avec le ou les pieds pour un freinage fin, un frein avec des mâchoires qui s’actionne également au pied et qui produit un freinage plus fort et enfin une ancre que l’on plante dans la neige à la main.

Surprise of the day, I will (finally) be able to lead my sledge. Dogs are Siberian Huskies (the oldest race, created in Siberia by the Chukchi people) and Alaska (from crosses with other breeds, for speed races). We equip dogs that are excited to be selected and to be able to run. I imagine the frustration of those which are not chosen. Dogs storm out. Do not hesitate to put your foot on the brake. There are 3 types of brake. A plastic mat that drags on the ground and that is pumped with the foot or feet for a light braking, a brake with jaws which also operates by foot and produces a stronger braking and finally an anchor that is plant in the snow by hand.

IMG_9362

IMG_9374

Les paysages que nous traversons sous le soleil rasant (sa première apparition depuis plus d’un mois!) sont tout simplement incroyable de beauté. Seul le souffle des chiens et le crissement du traîneau sur la neige viennent briser le silence.

The landscapes we cross under the low sun (its first appearance for over a month) are simply amazing. Only the breath of the dogs and the crunching of the snow sled break the silence.

IMG_9376

IMG_9382

IMG_9384

De retour au camp, on distribue leurs gamelles aux amis canins. Je guide Alexandre vers le centre de recherches sur la forêt (Metla). Le haut de la colline nous permet de profiter du coucher de soleil et du lever de lune.

Back at camp, we distribute their bowls to our canine friends. I guide Alexandre, to the  research center for the forest (Metla). From the top of the hill we can enjoy sunset and moonrise.

IMG_9417

Fin de journée : donner à boire au chevaux, laver les gamelles et nettoyer les chenils.

End of the day : water the horses, wash bowls and clean kennels.

 Vendredi 5 décembre 2014

Rituel maintenant habituel : harnacher les chiens et les attacher aux traîneaux. Gérer les premiers mètres d’excitation canine et surtout les deux ou trois premiers virages et puis profiter des paysages lunaires que nous offre le brouillard épais du jour. Il n’y a plus de couleur, seules des tonalités de gris, de blanc et une lumière un peu bleutée. Un grand tour de 30 km de bonheur.

IMG_9432 - Version 4

Now usual ritual, harness the dogs and then attach them to the sled. Manage the first meters of canine excitement and especially the first two or three turns and then enjoy the lunar landscapes offered by the thick fog of the day. No more color, only shades of gray, white and slightly bluish light. 30 km of happiness.

IMG_9437 - Version 2

IMG_9435

IMG_9443 - Version 2

IMG_9453

C’est fait. Je veux dire se plonger dans une eau à 4° après avoir percé un trou dans la glace d’un lac. Je l’ai fait. Comment pourrais-je qualifier cette expérience? De vivifiante, sans doute. Franchement, ça pique un peu au début, il faut le reconnaître mais une fois qu’on est sorti du bain de torture et qu’on est à l’air libre, nu au milieu de la neige, eh bien, on se sent parfaitement bien et on n’a pas froid du tout. Encore faut-il avoir passé un petit moment au sauna au préalable. A la troisième tentative, on est toujours aussi surpris par le froid en descendant l’échelle et en se mettant la tête sous l’eau (ben oui sinon ça ne compte pas) mais l’appréhension a disparu.

Boulot du soir : nettoyer le paddock et le manège des chevaux. Sans vous faire un dessin, deux luges pleines.

It is done. I mean submerge in water at 4° after drilling a hole in the ice of a lake. I did it. How can I describe this experience? Invigorating, no doubt. Frankly, it stings a bit at first, admittedly, but once you got out of the torture bath and you are naked outdoors in the middle of the snow, well it feels perfectly well and not cold at all. It is also necessary to have spent a little time in sauna. On the third try, you are still surprised by the cold when you go down the ladder and you put your head under water (yes or it does not count) but the apprehension is not there any longer.

Evening work : clean the paddock and riding school. Two full sleds…

 Samedi 6 décembre 2014

Bon anniversaire, Finlande! La Finlande est une jeune lady de 97 ans qui fête sa Journée de l’indépendance (Itsenäisyyspäivä). Une toute jeune nation qui a trouvé sa place après avoir été ballotée entre les deux grands voisins, la Russie et la Suède. Le drapeau bleu et blanc représente la liberté, la neige, la clarté des nuits d’été, le ciel bleu clair d’hiver et d’été et les innombrables lacs bleus. Le mot Finlande est dérivé de l’allemand et signifie pays des marais.

Happy birthday, Finland. Finland is a 97 year old lady and celebrates the Independence Day (Itsenäisyyspäivä). A young nation that has found its place after being torn between the two large neighbors, Russia and Sweden. The blue and white flag represents freedom, snow, clear summer nights, clear blue sky of winter and summer and the countless blue lakes. Finland word is derived from the German and means land of swamps.

Départ d’Alexandre et matinée consacrée à promener les chevaux. Deux courtes sorties (avec Reifur et Trölli) qui me permettent de retrouver des sensations oubliées. Inga me prodigue de précieux conseils pour me relaxer en selle. Je n’éprouve pourtant aucun stress car j’ai monté des chevaux deux fois plus grands, mais une envie de bien faire peut-être un peu trop pesante. Ces petits chevaux islandais sont particulièrement vifs et répondent à la moindre sollicitation. Inga va finir par me convertir.

Nettoyage des gamelles pour finir une journée pas trop engagée.

Le soir, je partage le repas familial : filets d’élan et tagliatelles aux morilles et airelles rouges. Tout simplement divin.

Departure of Alexandre. The morning is spent walking the horses. Two short trips (with Reifur and Trolli) that allow me to recover forgotten sensations. Inga gives me valuable tips to relax in the saddle. I do not yet feel stressed (I rode horses that were double in size) but a desire to do well may be a bit too heavy. These small Icelandic horses are particularly vivid and respond to the slightest touch. Inga will convert me finally.

Cleaning bowls to finish a day not too engaged.

In the evening, Sigi invites me to share the family meal. Moose fillets and tagliatelle with mushrooms and red cranberries. Simply divine.

5 réflexions sur “Semaine 17 / Week 17: Nature Point Paljakka (Part1)

  1. On est quasiment avec toi sur le traineau… Les photos sont magnifiques et cette lumière assez incroyable !!
    Tu n’as pas traduit en anglais « claque plus que d’être champion de Papouasie Nouvelle Guinée ». C’est pour voir si nous suivions….
    Au plaisir de te lire et de te voir sometimes in january in Paris…;-)

    Aimé par 1 personne

  2. Passionnant et irréel.
    Même bien au chaud, ici, on grelotte en lisant le récit du plongeon dans le lac glacé.
    Les photos sont d’une beauté à couper le souffle.
    Courage pour le reste de l’Avent…
    Petits parents.
    PS. désolés : pas de filets d’élan prévu pour Noêl !

    Aimé par 1 personne

  3. Bon évidemment, les journées ont l’air vraiment denses mais les photos sont magnifiques…Question: un séjour en Finlande implique-t-il nécessairement de plonger dans une eau à 4°? Si on vient d’un pays ou il ne fait jamais moins de 20°, une dérogation est-elle possible? C’est juste pour savoir …
    A très bientôt (Youpi!)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s