Semaine 11 / Week 11

Lundi 20 octobre 2014

Après que nous ayons fêté ses 70 ans, notre conférencier pour cette semaine, Turkka, nous présente notre programme hebdomadaire : prendre la machine à remonter le temps. Il s’agit de réaliser des objets usuels de manière traditionnelle voire même selon des méthodes antédiluviennes. Nous allons donc fabriquer avec nos petites mains un Atlatl (propulseur de sagaie préhistorique), un sac à dos, des raquettes pour la neige, des plombs pour la pêche, un filet, un matelas, un leurre pour la chasse aux oiseaux, un leurre pour la pêche etc.

After celebrating his 70th anniversary, our speaker for this week, Turkka, presents the program: take the back in time machine. We’ll learn to make everyday objects in a traditional manner: a Atlatl (spear thrower prehistoric), a backpack, snowshoes, sinkers for fishing, a net, a mattress, a lure for bird hunting, a lure for fishing etc.

IMG_8591

Nous commençons par un leurre pour attirer des oiseaux. Avec du bois vert et donc facilement manipulable, nous formons une boule destinée à donner du volume au corps du volatile. Elle vient ensuite s’insérer dans une gerbe de longues branches mises en forme et maintenues grâce à du fil de fer. Le cou puis la tête sont coudés à 90 degrés. L’œil est obtenu en séparant en deux les branches.

We start with a lure to attract birds. With green wood which is easy to handle we make a ball intended to give volume to the body of our « bird ». It then comes to fit into a sheaf of long branches shaped and maintained thanks to the wire. The neck then the head are angled in 90 degrees. The eye is obtained by separating in two branches.

IMG_8656

IMG_8630

IMG_8639

IMG_8644

IMG_8647

IMG_8659

Au final, une jolie collection de flamants roses qui reçoivent peu de visites…

In the end, a lovely collection of pink flamingos which receive few visits…

 Mardi 21 octobre 2014

Nous fabriquons un propulseur mâle (avec un crochet, le plus couramment utilisé) et la sagaie qui va avec.

Un propulseur, appelé aussi propulseur à crochet, est un dispositif permettant d’accroître la vitesse initiale et donc la portée ou la force de pénétration d’un projectile (lance, sagaie, etc.). Il est constitué généralement d’un bâton (tige rectiligne d’une cinquantaine de centimètres parfois terminée par un œillet) dont l’une des extrémités comporte un crochet (propulseur mâle). Le propulseur prolonge le bras humain et multiplie sa force par effet de levier (vitesse multipliée par 3).

Il est attesté en Europe dès le Paléolithique supérieur dans une région limitée (Périgord et Pyrénées).
Le propulseur est également très répandu chez les peuples contemporains de chasseurs-cueilleurs, notamment en Arctique, chez les Aborigènes d’Australie (woomera) ou chez les Amérindiens (chez qui il est connu sous le nom de atlatl dans la langue nahuatl).

A propellant, also called hook propellant, is a device to increase the initial speed and thus the range or penetration force of a projectile (lance, spears, etc.). It usually consists of a stick (rectilinear stalk of about fifty centimeters sometimes ended with a eyelet) whose one end has a hook (male propeller). The propellant extends and multiplies the human arm strength leveraged (speed multiplied by 3).

It is attested in Europe from the Upper Paleolithic in a limited area (Périgord and Pyrénées).
The propellant is also widespread among contemporary hunter-gatherers, especially in the Arctic, the Aborigines of Australia (woomera) or among Native Americans (in which it is known as the atlatl in the nahuatl language).

IMG_8661

IMG_8662

IMG_8665

IMG_8666

Nous réalisons ensuite un moulin pour fabriquer une corde à partir de bouts de tissus. Principe de base : prendre 2 ou 3 brins et créer une torsion au moyen du moulin en tournant dans le sens des aiguilles d’une montre. Répéter l’opération 3 fois. Une fois obtenu trois brins, les réunir puis tordre les brins dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Les torsions inversées permettent à la corde obtenue de ne pas se défaire.

We realize then a mill for making a rope from ends of fabric. Basic principle: take 2 or 3 strands and create a twist through the mill by turning clockwise. Repeat three times. Once obtained three strands, bring them together and twist them counterclockwise. Twisting reverse allow the rope obtained not unravel.

IMG_8678

IMG_8669

IMG_8671

IMG_8673

IMG_8676

IMG_8682

Mercredi 22 octobre 2014

-4°C. Nous ne sommes pas encore habitués à passer toute la journée dehors par cette température. Je rentre en fin de journée un peu saoulé. Comme après une bonne journée de ski dans les Alpes. Mais sans les descentes…

Nous devons faire un sac à dos. Chacun y va de son design. Nous commençons par construire le cadre qui servira à accueillir les objets à porter. Puis nous tressons les différentes lanières.

-4°C. We are not yet used to spend all day outside in this temperature. I returned later in the day a little drunk. Like after a day of skiing in the Alps. But without downhill…

We have to make a backpack. Everyone brings his own design. We begin by building the frame which will serve to welcome objects to be carried. Then we braid the various strips.

IMG_8687 - Version 2

IMG_8696 - Version 4

IMG_8692 - Version 2

IMG_8693 - Version 2

IMG_8733

IMG_8712 - Version 2

IMG_8735

Comme nous devons aussi fabriquer un filet, j’intègre la technique pour mon sac à dos inspiré par les méthodes amérindiennes. Turkka, un brin chambreur, me dit que ce sac à dos pourra aussi servir de casier à homard…

As we also make a net, I join the art for my backpack inspired by Native American methods. Turkka, a bit derisive, tells me that this backpack can also be used as lobster pot…

IMG_8736

Jeudi 23 octobre 2014

-9°C. Ça commence à piquer un peu. L’automne aura été court.

Projet du jour : reproduire des raquettes à neige finlandaises. Elles ressemblent plus à des skis que celles du Canada. Deux raisons à cela : la nature de la neige est différente, moins volatile qu’au Canada, et les raquettes larges ne sont pas adaptées aux forêts de Finlande. Et puis c’est comme dans tout, c’est une question de mode…

-9°C. It starts to sting a little. The fall has been short.

Day project: reproduce finnish snowshoes. They look like skis contrary to those of Canada. Two reasons: the nature of the snow is different, less volatile than in Canada, and the wide snowshoes are not adapted to the forests of Finland. And then it is as in everything, it is a matter of fashion…

IMG_8701

IMG_8705

IMG_8707

IMG_8710

IMG_8734

Joose, sans doute un peu sceptique quant à ces méthodes d’un autre temps, demande à Turkka ce que l’on fait si on est parachuté dans une région où on ne trouve pas la bonne essence de bois pour faire des raquettes ou un sac à dos d’urgence? Turkka lui répond, mi-vexé, mi-amusé :  »Il ne te reste plus qu’à t’ouvrir les veines avec ton couteau suisse… »

Nous faisons également un matelas en armoise commune. Une trame pour poser les tiges et une autre qui vient s’intercaler entre chaque tige pour créer un matelas à déconseiller quand même aux personnes sujettes au rhume des foins…

Joose, probably a little skeptical about these methods from another time, asks Turkka what is done if one is dropped in an area where it’s impossible to find the right type of wood for snowshoes or emergency backpack? Turkka replied, half-annoyed, half-amused:  »you just have to open your veins with your Swiss Army knife…  »

We also make a mattress in common artemisia. A weft to put stalks and an other which comes to fit between every stalk to create a mattress. Disadvise from the people subject to the hay fever…

IMG_8716

IMG_8725

IMG_8721

Nous finissons par un concours de précision au propulseur qui sera remporté par Tarmo. Les bêtes des alentours peuvent quand même dormir tranquillement…

We finish by a precision concurrence of  propellant which was won by Tarmo. Animals nearby can still sleep peacefully…

IMG_8738

IMG_8739

Turkka finit la journée en nous expliquant les vieilles méthodes en vigueur lorsqu’il n’y avait pas encore d’allumette ou de briquet. Comment extraire la chair de l’amadouvier, un champignon, pour en faire de l’amadou. L’amadou permet avec une simple étincelle de produire une combustion. Il ne s’enflamme pas mais se consume. Il faut ensuite le rapprocher d’une matière inflammable (écorce de bouleau) pour tenter de créer une flamme. On est assez loin du pyromane avec son bidon d’essence. La conclusion à cette démonstration : on a oublié à quel point se chauffer devait être difficile il y a encore un siècle et à quel point nos ancêtres devaient se focaliser sur des pratiques basiques et essentielles dans leur vie quotidienne.

Note à moi même : prendre deux briquets…

At the end of the day, Turkka explains us the old current methods when there was no match or lighter. How to extract the flesh of the amadouvier (a mushroom) to obtain some tinder. The tinder allows with a simple spark producing a combustion. It does not ignite but wastes away. It is then necessary to move closer it to an inflammable material (bark of birch) to try to create a flame. The conclusion in this demonstration: we forgot to what extent to warm was to be difficult another one century ago and to what extent our ancestors had to focus on basic and essential practices in their everyday life.

Note to myself: take two lighters…

IMG_8774

IMG_8764

Vendredi 24 octobre 2014

Le magnifique lever de soleil ne fait pas oublier les -10°C.

Beautiful sunrise but however -10°C.

IMG_8775

Dernière journée avec Turkka. On apprend à tailler un roseau et une plume pour écrire à l’encre de Chine. Très étonné par la possibilité d’obtenir une écriture fine avec ces rudimentaires ancêtres des stylos. Nous faisons également un leurre pour pêcher sur lequel viennent s’accrocher des hameçons.

Last day with Turkka. On how to cut a reed and a pen to write with ink. Very surprised by the possibility of obtaining a fine writing with these rudimentary pens ancestors. We also make a lure to fish on which come hanging hooks.

IMG_8784

En fin de cours, petite revue des différentes méthodes pour faire un feu et pour construire des abris. Si on vous vend un tipi sans une deuxième toile qui est chargée de laisser passer l’air, vous êtes en droit d’insulter le vendeur. A moins que vous ne vouliez dormir dans un nuage de fumée. Sans cette double protection latérale, l’air ne circule pas et l’air frais ne peut chasser l’air chaud.

End of the course, a small review of the different methods to make a fire and shelter. If you are selling a tipi without a second wire which is responsible for passing the air, you have the right to insult the seller. Unless you want to sleep in a cloud of smoke. Without this double side protection, no air flow and fresh air can’t expel hot air.

IMG_8788

IMG_8808

 

2 réflexions sur “Semaine 11 / Week 11

  1. Le plus difficile est vraiment de faire du feu !!!
    Quant à la fabrication de la corde en tissu, elle m’a rappelé celle des cordelières en laine.
    Les photos nous plongent toujours dans ton univers et celle du lever de soleil fait croire à un incendie.
    Petits parents.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s