Paanajärvi Trip (Russia) Part 2

Samedi 27 septembre 2014

Il a plu toute la nuit. Évidemment tout est trempé. Deux jours à attendre et une nouvelle journée de repos devrait nous permettre de sécher l’essentiel.
Petri et moi avons géré au mieux notre journée de guide. Bonne orientation, bonne allure, bon choix d’arrêt pour le déjeuner et le campement du soir. J’ai guidé le groupe toute la matinée et Petri a pris le lead après le déjeuner. Nous avons suivi l’enfilade de lacs, héritage d’un glacier Ouest-Est. La vue sur les lacs bordés des forêts parées des couleurs de l’automne est un spectacle sublime dont de brefs rayons du soleil viennent rehausser l’éclat. Je me suis attaché à suivre la ligne de crête pour éviter au maximum les efforts des montées et descente à certains qui sont déjà fatigués. Mon genou a bien apprécié la journée de repos et ne me fera souffrir qu’en fin de journée.
Nous sommes maintenant des vrais machines de guerre pour installer nos abris, faire notre feu. Après cette journée harassante, je mesure le chemin parcouru et les progrès que j’ai déjà faits. Il me manque encore beaucoup de connaissances sur la faune et la flore mais pour un parisien, je ne suis pas ridicule. Les compliments de Kimmo et Martijn ainsi que de Mikko le prof me boostent pour la suite.

Le soir après le débriefing, le groupe est réuni autour d’un feu de camp commun. Petri propose que chacun raconte une histoire personnelle.
Je pleure de rire en entendant celles de Kimmo et surtout celle de Chris. Je suis très fan de son humour. Il faut dire que l’entendre raconter comment, alors qu’il traversait l’Angleterre en courant et qu’il avait été autorisé par un couple d’octogénaires suspicieux à camper dans leur jardin,  il a été amené à se soulager dans un pot de fleur relève du sublime. Pour ma part, je raconte que j’essaye d’être attentif aux petites incursions de la nature. Alors que je me rendais chez mes beaux-parents en banlieue, j’ai vu dans les phares de mon scooter une petite boule au milieu de la route. J’ai mis mon véhicule en travers et j’ai arrêté les voitures pour laisser traverser un petit hérisson qui aurait sans doute fini en crêpe sans mon intervention malgré les klaxons et injures des automobilistes bloqués qui ont perdu au moins deux minutes de leur précieux temps. Je me souviens du bonheur et de la joie d’enfant que j’ai ressentis à l’idée d’avoir sauvé cette petite vie. Même s’il s’est sans doute fait écrabouiller sur le chemin du retour 20 minutes plus tard…

(Pas de photo illustrant la journée. Etant guide, je me suis concentré à faire le job)

It rained all night. Obviously everything is soaked. Two days to go and another day of rest should allow us to dry the most part.
Petri and I managed at best our guiding day. Good orientation, good speed, good choice stop for lunch and evening camp. I led the group all morning, Petri took the lead after lunch. We followed a circuit of glacial lakes. The view is sublime: lakes bordered by forests which are at their best in the fall season and become a virtual living canvas. I have endeavored to follow the ridgeline to avoid maximum effort uphill and downhill to some who are already tired. My knee have enjoyed the day off and won’t make me suffer until the end of the day.
We are now really good to install our shelters and start a fire. After this exhausting day, I measure the distance traveled and the progress I’ve made​​. I still miss it a lot of knowledge about fauna and flora but for a Parisian, I’m not that bad. Compliments of Kimmo and Martijn, as well as Mikko, our mentor, boost me for the future.

In the evening after the debriefing, the group is gathered around a common campfire. Petri propose that each tells a personal story.
I cry for laughter by listening those of Kimmo and Chris. I am a big fan of Chris’ humor. Huge moment to hear him explain how, while he was crossing England by running and had been authorized by a couple of suspicious octogenarians to camp in their garden, he was brought to find relief in a jar of flower. As far as I’m concerned, I tell that I always try to be attentive to nature. While I went to my parent-in-law to suburb, I saw in the lighthouses of my scooter a small ball in the middle of the road. I put my vehicle across and stopped cars to let cross a small hedgehog which would have doubtless ended in pancake without my intervention, in spite of horns and insults of the blocked motorists who lost at least two minutes. I remember the happiness and child’s enjoyment that I felt when thinking I saved this small life. Even if it might be shattered on the way back 20 minutes later…

(No pictures illustrating the day. Due guide, I wanted to be concentrate as much as  possible)

Dimanche 28 septembre 2014

Il a plu un peu hier au soir mais pas cette nuit. Grande première : je me réveille au sec.
Paysages fantastiques aujourd’hui avec une variété de terrain inégalée. Marécages, collines recouvertes de lichen et de mousse, pierriers, pins puis sapins et bouleaux, collines surplombant les lacs. Bref tout y est passé. Nous passons de paysages inexplorés à la Jurassic Park aux forêts et aux lacs du Canada en quelques kilomètres.

It rained a bit late last evening but no rain tonight. Premiere: I wake up dry.
Fantastic scenery today with a variety of unrivaled terrain. Swamps, hills covered with lichen and moss, rocks, pines and spruce and birch trees, hills overlooking the lakes. In short everything happened. We turn in unexplored Jurassic Park landscapes to forests and lakes of Canada in a few kilometers.

IMG_8347

IMG_8356

IMG_8383

IMG_8398

IMG_8416

IMG_8401

IMG_8418

IMG_8440

IMG_8426

IMG_8432

Mikko me demande si j’ai l’impression d’avoir appris quelque chose. Je lui répond qu’à chaque instant, j’apprends et que c’est vraiment « mon truc ». La fin de journée confirmera que cette expédition éducative n’usurpe pas son titre.
Heureusement que la beauté de la nature nous fait oublier sa complexité. Nous sommes épuisés. Les guides du jour, Marcus et Joose font leur possible pour tenter de trouver un lieu pour camper ce soir. Malgré leur effort, nous devons nous contenter d’un flanc de colline coincé entre un marécage et un pierrier. Notre campement sera un mix des deux. Le but du soir est de trouver un espace suffisamment grand entre les pierres et la végétation pour mettre notre matelas et notre sac de couchage à peu près à plat. Ne reste plus qu’à nous débrouiller pour installer notre tarp au dessus quelque soit le terrain. Avec la fatigue, je m’y reprends à trois fois, totalement en manque d’inspiration. Heureusement nous galérons moins pour le feu. De très loin, notre plus beau malgré du bois de sapin comme combustible. Pas notre préféré mais on ne va pas faire les difficiles.
Le terrain est tellement peu agréable que nous n’envisageons pas de rester ici pour notre jour de repos. Cependant devant l’épuisement de certains, nous renonçons lors du débrief commun. J’aurais bien reporté la journée de repos pour trouver un lieu plus cosy mais la marche d’aujourd’hui a fait de gros dégâts dans les troupes.
En lieu et place du traditionnel réveil à 06h00, nous avons droit à un rendez-vous à 10h00. Nous gagnons trois heures de sommeil. Elles ne seront pas de trop. Nous nous endormons sous un incroyable ciel étoilé. Le W de Cassiopée apparaît juste au dessus de la ligne des sapins.

Mikko asks me if I feel I have learned something. I replied that at any moment I’m learning and it’s really « my thing ». The evening will confirm that this educational expedition does not usurp his title.
Fortunately, the beauty of nature makes us forget the complexity of travel. We are exhausted. The guides of the day, Marcus and Joose, are doing their best to find a place to camp tonight. Despite their efforts, we must be content with a hillside wedged between a swamp and a scree. Our camp will be a mix of both. The aim of the evening is to find a space large enough between the rocks and vegetation to put our mattresses and our sleeping bag almost flat. We just have to scramble to set up our tarp over whatever the terrain. With the fatigue, I will resume three times, totally uninspired. Fortunately we row less for fire. By far our best despite fir wood as fuel. Not our favorite but we will not make the tough.
The terrain is so unpleasant that we do not plan to stay here for our day off. However, regarding the exhaustion of some, we give up at the joint debriefing. I would have postponed the day off to find a cozier place but today’s walking has made great damage to the troops.
Instead of the traditional alarm clock at 06:00, we are entitled to an appointment at 10:00. We earn three hours of sleep. They will not be too many. We fall asleep under an amazing starry sky. The W of Cassiopeia appears just above the line of pin trees.

Lundi 29 septembre 2014

Alors que le ciel étoilé annonçait une nuit calme, il a plu… Je n’étonnerais personne en précisant que mon sac de couchage est humide. Cependant il garde ses propriétés et je n’ai jamais eu froid la nuit malgré des températures parfois négatives.

While the starry sky heralded a quiet night it rained… I won’t surprised anyone stating that my sleeping bag is wet. However it keeps its properties and I never got cold at night despite the sometimes negative temperatures.

IMG_8459

IMG_8461

Dois-je mentionner l’importance de se soulager la vessie avant d’aller se coucher sous peine de devoir enfiler une polaire, ses bottes et une veste étanche? Puis d’aller à la lumière de la frontale trouver un emplacement adéquat, le tout sous la pluie. C’est pour le numéro 1, pour le numéro 2, l’erreur a des conséquences encore plus importantes mais je vais arrêter là la description de la vie ordinaire dans les bois.
Nous passons la journée à sécher notre matériel et nos affaires, à nous reposer, à faire une balade pour les plus courageux.
Nous terminons la soirée en débattant sur notre matériel, ce qui fonctionne, ce qui demande à être amélioré, ce qui nous semble nécessaire d’ajouter ou de retrancher à notre liste. Nous sommes pour la plupart satisfaits même si certains ont juré de brûler leur sac à dos dans une grande cérémonie sacrificielle. Je suis pour ma part satisfait du mien mais j’ai appris au fil des kilomètres à le régler comme une formule 1. Comme beaucoup d’outils, il demande une certaine pratique pour déployer l’ensemble de ses secrets.

Should I mention the importance of relieving the bladder before going to bed on pain of having to put a fleece, boots and a waterproof jacket? Then go to the front of the light to find a suitable location, all in the rain. That is the number 1, for number 2, the error has even more serious consequences but I’ll stop here the description of ordinary life in the woods.
We spend the day to dry our equipment and our things, to rest, to walk for the braves.
We end the evening by discussing our equipment, what works, what needs to be improved, what seems necessary to add or subtract from our list. We are mostly satisfied although some have vowed to burn their backpack in a great sacrificial ceremony. I for one am satisfied with mine but I’ve learned over the miles to adjust it as a Formula 1. Like many tools, it takes practice to deploy all its secrets.

IMG_8466

Mardi 30 septembre 2014

IMG_8472

IMG_8476

IMG_8481

IMG_8484

IMG_8492

IMG_8494

Nous aurons eu en une journée à peu près toutes les saisons. Pluie, froid, temps quasi radieux. Un condensé de notre séjour comme un résumé.

J’ai mis le pilotage automatique. Plus de jus. J’ai débranché le cerveau et j’ai juste marché. Sans grand plaisir. Je crois que tout le monde en a plein les bottes. C’est le cas de le dire puisque, j’ai omis de vous préciser ce point, nous avons tous des bottes en caoutchouc qui nous ont été chaudement recommandées. Au final, si ces bottes se révèlent idéales dans les marécages, elles perdent totalement leur charme dans les innombrables montées et descentes de collines, sur les pierriers ou sur les troncs d’arbres et les lichens glissants. La cheville chasse et le pied est souvent ballotté dans la botte. Bref je ne suis pas du tout convaincu par ce joli accessoire de mode… Deux d’entre nous avaient bravé l’interdit en marchant en chaussure de marche en cuir montantes. Très lourdes et très rigides. Pas certain que cela soit non plus la panacée. La solution reste donc à trouver. Par contre, les doubles chaussettes en laine sont un quasi miracle. Aucun échauffement, aucune ampoule malgré les kilomètres. Le système de la fine chaussette que vient recouvrir une chaussette épaisse pour maintenir le pied au chaud est approuvé avec les félicitations du jury.
Ce soir, nous campons dans un lieu quasi idéal où les mousses vont nous servir de matelas. Le froid semble beaucoup plus présent que lors des autres soirées. La nuit risque d’être fraîche.

Every season in one day. Rain, cold, almost beautiful weather. A digest of our trip as a summary.

I set the autopilot. No more fuel. I unplugged the brain and just walked. Without pleasure. I think everyone is exhausted. We all have rubber boots that have been highly recommended. Finally, if these boots are proving ideal in swamps, they totally lose their charm on the climbs and descents of countless hills on the scree or on the trunks of trees and slippery lichens. Ankle slip and foot is often tossed around in the boot. In short I am not at all convinced by this pretty fashion accessory… Two of us had defied the ban by walking in walking boot in leather rising. Very heavy and stiff. Not sure that’s not a panacea. The solution is therefore to be found. On the other hand, double wool socks are a near miracle. No heating, no bulbs despite the miles. The system of thin sock that comes to cover a thick one to keep the foot warm is approved with honors.
Tonight we camp in an almost ideal place, foams will serve as a mattress. It’s much more colder than the other evenings. The night will be fresh.

IMG_8499

Vers 22h30, à l’issue de notre traditionnel feu commun lors duquel nous débriefons la journée, nous commençons à apercevoir au-delà de la cime des arbres des couleurs vertes apparaître dans le ciel. C’est la deuxième fois que je vois des aurores boréales. Épilogue magnifique qui vient en clôture d’une expédition dont nous avons l’impression qu’elle a débuté il y a des semaines.

By 10:30pm, after our traditional common fire at which we debrief the day, we begin to see beyond the treetops green colors that appear in the sky. This is the second time I see the Northern Lights. Beautiful epilogue that comes close an expedition that we feel it started there for weeks.

IMG_8518 - Version 2

Mercredi 1er octobre 2014

IMG_8520

IMG_8524

IMG_8528

Il a fait -10 cette nuit. Mon sac de couchage craque : la condensation a gelé. Il me faut un bon moment pour m’en extraire.
J’ai retrouvé la forme et je fais le chemin du retour aux avant-postes malgré le rythme imprimé par Martjin. Les lichens craquent sous nos pas dans cette nature frigorifiée. Nous entendons un élan mugir dans le loin dans le but d’attirer une femelle et nous traversons une dernière rivière devant un barrage de castors. Nous atteignons les voiture cinq minutes avant midi, heure ciblée.

It was -10 that night. My sleeping bag is cracking frozen condensation. It takes me a long time to extract myself from it.
I found the fit and I’m way back in the forefront despite the pace set by Martjin. Lichens crunch underfoot in the refrigerated kind. We hear a roar in the momentum further in order to attract a female and we cross a river before a beaver dam. We reach the car five minutes before noon which was the target hour.

IMG_8532

_MG_3614

Après une dernière photo de groupe, nous filons vers Pyaozero, le village russe situé à proximité du parc. Petite halte dans une supérette locale afin de trouver de quoi se sustenter et nous filons vers la frontière. La route est dans un état encore plus terrible que lors de notre arrivée. Nous restons bloqués une première fois et nous devons sortir les pelles de la remorque pour nous dégager. Cela nous fait bien rire de terminer l’expédition par une petite session de team spirit. On rigole beaucoup moins lorsque quelques kilomètres plus loin, nous trouvons une route défoncée par les camions de chantier. Nous devons nous substituer à l’ouvrier russe qui nous regarde depuis sa pelleteuse.  Il daignera manœuvrer son engin au bout d’une heure de notre travail. Même opération quelques kilomètres plus loin. Résultat, nous atteignons la frontière à 19h30, une demi-heure avant la fermeture.

After a final group picture, we head to Pyaozero, Russian village near the park. Short stop at a local convenience store to find something to sustain and we head to the border. The road surface conditions are more terrible than when we arrived. We get stuck once and we have to use the shovels to release us. This makes us laugh to finish the expedition by a small session of team spirit. We laugh a lot less when, a few miles away, we find a rutted by trucks yard drive. We need to substitute ourselves for the Russian worker who watches us from his shovel. He deign to maneuver his vehicle after an hour of our work. Same operation a few miles away. Result, we reach the border half an hour before 08:00 pm, the closing time.

IMG_8540

IMG_8544

IMG_8551

Nuit dans un dortoir étudiant. Il n’y a pas que Petri qui ronfle. Kimmo aussi mais beaucoup plus fort et régulièrement. Mes bouchons d’oreilles sont restés dans mon sac de couchage. Erreur.

Night in a student dormitory. Petri is not the only one to snore. Kimmo also, but much stronger and regularly. My earplugs remained in my sleeping bag. Error.

Bilan

Lors de ce voyage m’est revenu à l’esprit un très lointain souvenir. Il y a plus de 25 ans, je partais en Finlande pour la première fois : deux treks avec Nouvelles Frontières. Le guide qui devait nous encadrer se foula la cheville une semaine avant le départ et envoya pour le remplacer une de ses amies qui s’est vite révélée sans expérience aucune. La jeune femme était tellement peu à l’aise dans ce rôle et maîtrisait si mal l’anglais que je me souviens avoir pris moi-même à la gare d’Helsinki, les billets de train pour Ronaviemi (c’est dire!). Premier trek : le Circuit de l’Ours, le célèbre Karhunkierros près de la rivière Oulanka dans la région de Kuusamo, juste de l’autre côté de la frontière par rapport à Paanajärvi. Ce premier trek fut très douloureux pour la jeune guide et elle préféra ne pas prendre part au second à Kilpisjarvi. Elle resta donc au camping avec un retraité qui, lui aussi, avait peu goûté les efforts de la marche et s’était rabattu sur sa passion de la pêche dans le grand lac qui fait face au mont Saana. Nous avons donc été jeté en parfaite autonomie dans la toundra où nous nous sommes d’ailleurs perdus. Mon envie de guider doit trouver ses premières racines dans ces moments là. Retour aux sources donc.

Lorsqu’on compare nos forêts françaises avec les forêts primaires du Nord de l’Europe, la différence la plus notable est (outre la diversité des espèces présentes qui varient en fonction des nutriments) que le sol est jonché de troncs d’arbres qu’il faut enjamber sans cesse. Cela prouve, si besoin était, à quel point nos forêts sont entretenues et donc artificielles.

More than 25 years ago, I went to Finlande for the first time: two treks with Nouvelles Frontières. The guide who had to led us sprained himself the ankle one week before departure and sent to replace him one of his friends who fast showed herself inexperienced. The young woman was so inconfortable in this role and mastered so badly English which I remember having taken myself at the Helsinki station, the train tickets for Ronaviemi (it is to say!). First trek: the Circuit of the Bear, famous Karhunkierros near the Oulanka river in the region of Kuusamo, just on the other side of the border with regard to Paanajärvi. This first trek very ached for the young guide and she preferred not to take part in the second to Kilpisjarvi. She thus stayed in the campsite with a retired man who, too, didn’t enjoyed the efforts of the walking and finally prefered fishing in the big lake which faces the mount Saana. We were thus cast in perfect autonomy in the tundra where we moreover got lost. My envy to guide has to find its first roots in these moments there. Back to basics thus.

When compared with our French forest primeval forests of Northern Europe, the most notable difference is (in addition to the diversity of species that vary nutrients) that the soil is littered with tree trunks that must span ever. This proves, if proof were needed, how our forests are maintained and have become artificial.

New Map for Blog - Version 2

Malgré le choc des photos et le poids des mots, il est difficile de retranscrire la beauté des paysages, leur diversité, le chant du geai, le vol lourdaud et un peu ridicule du pic à crête rouge, l’odeur du Juniper, le bruit de la rivière, les arbres qui frémissent, les milliers de pas, la fatigue, les connaissances accumulées et surtout le plaisir de se retrouver dans un espace de totale liberté en étant seul(s) au monde. J’espère que vous vous donnerez le temps dans un futur proche de venir découvrir cette nature brute. Elle en vaut le déplacement. Je serai ravi d’être votre guide et de partager ces moments avec vous.

It is difficult to recreate the beauty of landscapes, their diversity, the song of the jay, theft oaf and a little silly woodpecker red crest, the smell of Juniper, sound of the river, the trees which rustle, thousands of steps, fatigue, accumulated knowledge and especially the pleasure of being in a space of total freedom being alone in the world. I hope you will give you time in the near future to explore this future raw nature. It is worth the trip. I would be happy to be your guide and share these moments with you.

3 réflexions sur “Paanajärvi Trip (Russia) Part 2

  1. La cascade et l’aurore boréale sont nos photos préférées…Que la création est belle !
    Quant au texte, il fait ressortir la difficulté des marches, la lutte permanente contre l’humidité, par de basses températures mais aussi toute la technique déjà acquise.
    Le parisien va apprécier de retrouver un certain confort, malgré les miasmes…
    Dans la joie,
    Petits parents

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s